Le travail du Père Vincent Nguyen SCJ au Vietnam

Suite  à  sa  nomination  comme  secrétaire  général  de  l’Institut catholique du Vietnam, nous (InterFratres) avons posé quelques questions au Père Vincent Nguyen.

IF : Père Vincent, vous êtes connu pour votre travail avec les jeunes étudiants au Vietnam. Vous y avez fondé à Saigon un foyer pour une cinquantaine d’étudiants qui suivent des études universitaires et un programme  de  formation  personnelle  et  vocationnelle  dans  votre Foyer. Maintenant, vous avez été nommé secrétaire de la Commission d’Education  Catholique de  la  Conférence  Episcopale  du  Vietnam. Pourquoi cette commission a-t-elle été fondée et en quoi consiste votre travail ?

p. Vincent : Comme  vous  le  savez,  notre  foyer  d’étudiants  à Hochiminh Ville existe depuis 1996. Il fonctionne très bien et il est de plus en plus reconnu… Depuis le début de l’année dernière, j’ai reçu la nomination de secrétaire général de la Commission d’Education Catholique de la Conférence Episcopale du Vietnam. Puis, en septembre 2015, l’Eglise du Vietnam a fondé l’Institut Catholique Vietnamien. J’ai l’honneur d’en avoir été nommé secrétaire général.

Vincent NguyenCes  nominations  m’ont  vraiment  surpris  parce  que  je  suisreligieux de la Congrégation des Prêtres du Sacré-Cœur qui est moins connue au Vietnam que les Jésuites, les Dominicains, les Salésiens… Il est  utile  maintenant  de  vous  faire  un  bref  historique  de  cette Commission et de présenter ainsi ma double fonction de secrétaire général.

Depuis 1975, on refuse à l’Eglise vietnamienne de participer à l’éducation. Tous ses établissements éducatifs ont été confisqués par l’Etat. Pour des raisons politiques, il nous a fallu attendre jusqu’en 2010 pour recréer la Commission de l’Education Catholique afin de pouvoir répondre aux défis de l’éducation dans le pays. Même si le manque des moyens  matériels  comme  des  locaux  pour  la  Commission,  le personnel… l’Eglise vietnamienne s’engage avec toutes ses forces pour établir une bonne éducation suivant l’enseignement du Concile Vatican II qui « exhorte les fils de l’Église à travailler généreusement dans tous les secteurs de l’éducation, spécialement pour hâter la diffusion des bienfaits d’une éducation et d’une instruction convenables, pour tous, dans le monde entier » (Déclaration sur l’éducation chrétienne Gravissimum educationis, n. 1).

La Commission compte actuellement 60 membres et est divisée en sous-commissions pour les enseignants, pour les étudiants, pour les établissements maternelles, pour les supports pour les études, pour les écoles charitables, pour l’éducation du savoir être, faire et vivre, pour la documentation concernant la formation.

Dès leur fondation officielle, nos sous-commissions ont organisé des conférences, des séminaires, des cours de formation continue sur différents sujets : psychologie des élèves en école primaire ; accompagnement des étudiants ; enseignement du savoir-vivre et du savoir-faire aux étudiants…

En 2010, la Conférence Episcopale du Vietnam a pris la décision de fonder un Institut Catholique. Sa réalisation a été confiée à la Commission de l’Education Catholique. Les premiers présidents de celle-ci furent Mgr Pierre Nguyễn Khảm, puis Mgr Thomas Vũ Đình Hiệu. Ils ont demandé des avis dans les différentes régions du pays. En réalisant les premiers pas, ils ont bien sûr rencontré de grandes difficultés. A la fin de l’année 2013, Mgr Joseph Đinh Đức Đạo est devenu président de la Commission de l’Education Catholique, il a pris en charge la fondation de l’Institut catholique et je suis devenu son secrétaire général. Après de nombreux efforts, la Commission a pu obtenir les accords et des décrets nécessaires de la part du gouvernement vietnamien et du Saint-Siège :

Catholic Institute Vietnam

– Le 7 juillet 2015, l’accord des Affaires Religieuses du gouvernement vietnamien pour la fondation de l’Institut Catholique.

– Le 6 août 2015, le décret de la fondation de l’Institut Catholique Vietnamien signé par le gouvernement vietnamien.

– Le 15 septembre 2015, le décret de la fondation de l’Institut Catholique Vietnamien signé par le préfet de l’éducation du Saint-Siège.

En tant que double secrétaire général, je travaille avec mon équipe de secrétaires pour aider Mgr Joseph Đinh Đức Đạo à rédiger les rapports de la Commission éducative et à coordonner les différentes sous-commissions pour le bon fonctionnement de l’ensemble et en particulier de l’Institut.

L’objectif actuel de notre Commission est de contacter les diocèses et de trouver des personnes intéressées à cette Commission de l’éducation catholique. Que chacun soit un élément catalyseur, le levain pour mettre sur pieds une bonne éducation à l’exemple du Christ, notre Maître.

IF : Les évêques du Vietnam ont donc décidé de fonder un Institut Catholique. Qu’est-ce qui est prévu comme matières ? Y a-t-il déjà des sections qui fonctionnent ?

Vincent : Je voudrais d’abord souligner que jusqu’à présent les Séminaires diocésains et les Centres d’Etudes des Ordres religieux offrent aux candidats  prêtres  et  religieux  une  bonne  formation théologique, mais sans donner de diplômes canoniques. En effet, depuis 1975, pour obtenir le diplôme canonique du Baccalauréat au Doctorat en théologie, les candidats ont dû être envoyés à l’étranger. Seulement ces dernières années certains Séminaires diocésains et Centres d’études religieux – comme le séminaire de Nha Trang, ou les Centres d’études des dominicains et des salésiens – se sont associés à des universités catholiques à l’étranger pour délivrer le baccalauréat en théologie. Les autres diplômes n’ont pas été reconnus canoniquement jusqu’à présent.

Pour  commencer  et  vu  les  possibilités  actuelles,  l’Institut Catholique Vietnamien peut ouvrir une faculté de théologie à même de décerner le diplôme de licence canonique en théologie. La première promotion de formation de l’Institut concerne des licences canoniques, mention Théologie dogmatique et Théologie biblique.

Pour préparer l’année académique 2016-2017, une équipe de vingt

professeurs de l’Institut Catholique Vietnamien s’est formée. Ils ont eu leur première réunion le 28 novembre 2015 sous la direction de Mgr Joseph Đinh Đức Đạo. L’équipe administrative est constituée par Mgr Joseph  Đinh  Đức  Đạo,  Recteur  de  l’Institut,  7  professeurs  et  2 secrétaires. Ils ont eu une première réunion pour discuter des modalités de recrutement des premiers 50 étudiants pour cette année et la suivante.

Pour l’avenir est prévue une formation en vue du diplôme de Baccalauréat  en  théologie  pour  tous  les  intéressés.  Nous  pensons également ouvrir une formation de Pédagogie Religieuse… De plus, quand nous aurons eu la  permission de la  part du  Gouvernement d’organiser l’enseignement d’autres disciplines, l’Institut Catholique vietnamien sera une université multidisciplinaire, comme par exemple l’Institut catholique de Paris, avec une « identité catholique » qui est attendue par beaucoup depuis longtemps.

IF : Avec qui vous entrez en contact en tant que secrétaire ? Comment est perçu cet Institut par le public et le pouvoir politique ?

Vincent : Au niveau de l’Etat, en tant que secrétaire général de l’Institut Catholique vietnamien, je prends régulièrement contact avec les  fonctionnaires des  Affaires  Religieuses. Pour  ce  qui  concerne l’Eglise, je suis en contact avec le président de la Conférence Episcopal du Vietnam et bien sûr, très souvent avec Mgr Joseph, Recteur de l’Institut, ainsi qu’avec les évêques en relation avec l’Institut.

En ce qui concerne le pouvoir politique, il a réagi positivement à notre projet de fonder un Institut catholique. C’est pourquoi lors de sa visite à notre Institut le 19 décembre 2015, le vice-ministre des Affaires religieuses a exprimé sa grande joie et promis d’accompagner notre Institut avec grand enthousiasme. Il espère également que cet Institut donnera une bonne formation pour les intéressés, même étrangers.

Quant au  public vietnamien, surtout ceux  qui  s’intéressent à l’éducation,   ils   attendaient   depuis   longtemps   ce   projet   et   ils l’accueillent très favorablement.

Pour les Ordres Religieux en général, comme je l’ai souligné ci-dessus, leurs Centres d’études répondent seulement à une partie des attentes du public car ils sont réservés surtout aux candidats-prêtres et aux religieux et ils ne décernent pas de diplômes canoniques autre que celui du Baccalauréat. Ils accueillent donc eux aussi avec enthousiasme ce projet. Ils envoient aussi leurs membres diplômés pour y enseigner.

IF : Vous êtes aussi directeur d’un foyer d’étudiants universitaires. Quel est  l’objectif de  cette institution ?  Est-ce que  les  jeunes qui fréquentent  votre  foyer  sont  intéressés  par  le  nouvel  I’Institut catholique ?

Vincent : Notre  Foyer  d’étudiants  est  organisé  comme  une « communauté »,   une   « famille » ;   nous  l’appelons  d’ailleurs  la « Communauté de Discernement » et nous lui avons donné le nom très cher : Famille de Thanh Da. Comme il est de plus en plus reconnu, le foyer ne peut pas répondre à toutes les demandes qui lui sont adressées. Actuellement, un voisin de notre Foyer vend un terrain d’environ 100 m2. Pourquoi ne pas l’acquérir pour agrandir notre foyer ? C’est à réfléchir.

Le foyer a pour but d’aider les étudiants à s’orienter dans leurs  études, leur vie, leur choix, leur futur profession… Il accompagne aussi ceux qui sont en recherche de vocation sacerdotale ou religieuse.

Pour ces jeunes, c’est un grand plaisir de voir la fondation de l’Institut Catholique au Vietnam. Cependant, il faut souligner qu’à ces jours, cet Institut n’ouvre qu’une faculté de théologie et pour y accéder il faut déjà avoir le Baccalauréat en théologie ou un diplôme équivalent. Ces jeunes y voient des limites !

IF : Vous faites parti de la Congrégation des Prêtres du Sacré-Cœur. Le district du Vietnam compte maintenant une vingtaine de religieux. Comment voyez-vous l’avenir d’une implantation des Prêtres du Sacré- Cœur au Vietnam ?

Fr. Vincent: En fait, il y a plus de 12 ans que des Prêtres du Sacré-Cœur ont commencé  à  s’implanter  au  Vietnam.  Au  niveau  de  l’autorité ecclésiastique, leur présence est reconnue officiellement depuis 2010. Le District a été fondu en 2013. Sur les pas du Père Dehon, nous voudrions continuer à « semer l’Evangile du Christ au monde, pour que le Règne du Sacré-Cœur grandisse dans les âmes et dans les sociétés ». Suivant cet esprit, nous nous efforçons à faire fonctionner nos projets propres  (celui  de  l’éducation,  des  immigrants…)  conforme  à  la spiritualité dehonienne au Vietnam.

Les premiers pas sont faits. Pour un développement conséquent, il nous faudra des moyens matériels, mais aussi des personnes qui soient aptes à s’engager dans un pays en développement et dans un pays d’environs 10% des catholiques.

IF : Merci beaucoup, Père Vincent, et bon courage pour votre travail.

 

Excerpts from the interview with Father Vincent Nguyen. (InterFratres, February 2016)

Recently, Fr. Vincent Nguyen was appointed secretary general of the Catholic Institute of Vietnam. InterFratres of the EUF province held an interview with him.

Vincent Nguyen

IF: Father Vincent, you are known for your work with young students in Vietnam. You will have founded a home for fifty students in Saigon who are taking university studies and are following a personal and vocational training program in your house. Recently, you were appointed Secretary of the Commission of Catholic Education of the Episcopal Conference of Vietnam. Why was this commission founded and what is your job ?

Fr Vincent: As you know, our home for students in Ho chi minh City has been there  since 1996. It works well and is increasingly recognized.

At the beginning of last year, I received the appointment to become the secretary general of the Commission of Catholic Education of the Episcopal Conference of Vietnam. Then, in September 2015, the Church of Vietnam founded the Catholic Institute of Vietnam. I am honored to have been appointed secretary general.

These appointments were a big surprise for me because I am a religious of the Congregation of the Priests of the Sacred Heart who is less known in Vietnam than the Jesuits, Dominicans, or Salesians. It may be useful to give you a brief history of the Commission and thus to present my dual function as Secretary General.

Since 1975, the government has denied the Vietnamese Church from participating in education. All educational institutions were confiscated by the state. For political reasons, we had to wait until 2010 to establish the Commission for Catholic Education in order to meet the challenges of education in the country. Event with the lack of material resources such as a place for the Commission, the staff … the Vietnamese Church is engaged with all its strength to establish a good education in accordance with the teaching of Vatican II which ” urges the Church to work generously in all sectors of education, especially to hasten the distribution of the benefits of education and a decent education for all ” (Declaration on Christian Education (Gravissimum educationis n . 1).

The Commission currently has 60 members and is divided into a number of subcommittees for teachers, for students, for nursery facilities, for educational support,  for charitable schools, for the education of practical knowledge for existence, work and life, and to establish documentation for formation. In 2010, the Episcopal Conference of Vietnam decided to establish a Catholic University. Its implementation has been entrusted to the Commission for Catholic Education. The first presidents of the latter were Bishop Pierre Nguyen Kham and Bishop Thomas Vu Dinh Hieu. They asked for advice in different parts of the country. In making these first steps, you can well imagine the difficulties they encountered.

At the end of 2013, Mgr Joseph Đinh Đức Đạo became president of the Commission for Catholic Education, he supported the founding of the Catholic Institute and I became its Secretary General. With a lot of effort, the Commission was able to obtain the necessary agreements and decrees from the government of Vietnam and the Holy See:

– July 7, 2015, the agreement from the Religious Affairs of the Government of Vietnam for the foundation of the Catholic Institute.

– August 6, 2015, the decree of the founding of the Catholic Institute of Vietnam  signed by the Vietnamese government.

– September 15, 2015, the decree of the foundation of the Catholic Institute of Vietnam signed by the prefect of Education of the Holy See.

As the twofold general secretary I work with my team of secretaries to help Mgr. Joseph Đinh Đức Đạo to edit the reports of the Educational Commission and to coordinate the sixteen different subcommittees.

The objective of our Commission is to contact the dioceses and to find persons interested in this Commission of Catholic Education.

IF: Vietnam Bishops have decided to establish a Catholic University. What is planned as subjects? Are there sections that already work?

Fr Vincent: I would first point out that, so far, the diocesan seminaries and Study Centers of religious orders offer their priest and religious candidates a good theological formation, but without giving canonical degrees. Since1975 to get the canonical diplomas from the Baccalaureate to the Doctorate in theology, candidates had to be sent abroad. Only in recent years some diocesan seminaries and centers of religious studies – like the seminary of Nha Trang, or the study centers of the Salesians and of Dominicans – have partnered with Catholic universities abroad to grant the Bachelor of Theology . Other diplomas were not recognized canonically until now. Given the current possibilities, the Vietnamese Catholic Institute can open a seminary able to award the canonical licentiate in theology. The first formation promated by the Institute is to offer canonical licentiates with a mention of  Dogmatic Theology and Biblical Theology.
To prepare for the academic year 2016-2017, a team of twenty professors of the Catholic Vietnamese Institute was formed. They had their first meeting November 28, 2015 under the direction of Mgr Joseph Đinh Đức Đạo. The administrative team consists of Mgr Joseph Đinh Đức Đạo, Rector of the Institute, 7 teachers and 2 secretaries. During the meeting they discussed the modalities of the recruitment of the first 50 students for this year and next. Moreover, when we will receive  permission from the Government to teach other disciplines, the Vietnamese Catholic Institute will become a multidisciplinary university, something like the Catholic Institute of Paris, with a “Catholic identity” which many have been expecting for a long time.

IF: With whom do you come in contact as secretary? How is this Institute  perceived by the public and the political power? 

Fr Vincent: At the state level, as general secretary of the Catholic Institute of Vietnam, I am in regular contact with officials of the Religious Affairs Department. As for the Church, I am in touch with the president of the Episcopal Conference of Vietnam and, of course, very often with Bishop Joseph, Rector the Institute and with the bishops working with the Institute.

As to the political power, it has reacted positively to our project to found a Catholic Institute. That explains its visit to our Institute on December 19, 2015. The Deputy Minister of Religious Affairs expressed great joy and promised to support our Institute. He also hoped that this Institute will provide a good training for all concerned, even foreigners. As to the Vietnamese public, especially those interested in education, they have been awaiting this project enthusiastically. For the religious orders in general, as I pointed out above, their study centers can only meet some of the public expectations because they are reserved mainly for priest and religious candidates. Up to now they cannot award canonical degrees other than the Bachelor degree. So they are enthusiastic welcomes of this project. They will also send their professors to teach there.
IF: You are also a director of a home for university students. What is the purpose of this institution? Are the young people who frequent your home also interested in the new Catholic Institute?

Fr Vincent: Our boarding house students are organized as a “Community”, as a “family”; we also call it a  “Discernment Community” and we gave it the lovely title: Family of Thanh Da. As it is increasingly being recognized, the home cannot respond to all the requests made to it. The home is set up to help students orient themselves in their studies, their lives, their choices, their future profession … It also accompanies those who are in search of priestly or religious vocation. The students are very happy to see the foundation of the Catholic Institute in Vietnam.

IF: You are part of the Congregation of the Priests of the Sacred heart. The District of Vietnam has about twenty members. How do you see the future of the Congregation in Vietnam?

Father Vincent: In fact, the Congregation has been in Vietnam for 12 years. Ecclesiastically, their presence has been recognized since 2010. Vietnam became a district in 2013. In the footsteps of Father Dehon, we want to continue to “sow“ Christ’s Gospel to the world and to let grow the kingdom of the Sacred Heart in souls and societies. Following in this spirit, we strive to operate our own projects (education, immigrants…) according to the SCJ spirituality in Vietnam. The first steps have been taken. For our development, we will need the material resources but also the people who are able to be committed to develop in this country which has a catholic population of only 10%.

IF Thank you, Father Vincent and best wishes for your work

Advertisements
This entry was posted in News of the Congregation. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s